Sapeur-pompier avant tout

Avant d’être opérationnel, puis de détenir éventuellement plusieurs spécialités, tout sapeur-pompier est avant tout qualifié pour les interventions courantes ; c’est la formation dite de tronc commun.

Ce dernier se compose de trois volets distincts : interventions diverses ; secours à personne ; incendie.
L’équipier participe aux opérations de secours, sous l’autorité d’un chef d’équipe ou d’un chef d’agrès, au sein des équipes d’incendie (INC), de secours à personnes (SAP) et de protection des biens et de l’environnement (DIV).

Secours à personne (SAP).

Equipe de secours à la personneLes tâches de l’équiper : établir et transmettre au corps médical le bilan d’une victime ; conditionner, relever, brancarder, assurer l’oxygénothérapie ; aider à la médicalisation (préparation du matériel). La désincarcération, le balisage, la protection, en font aussi partie ; de même que les relations avec les victimes (aspect physiologique), le reconditionnement post-intervention (dont nettoyage et désinfection du matériel). Tout ceci implique des matériels embarqués (sanitaires, désincarcération, sauvetage), des produit d’asepsie – antisepsie.

Incendie (INC).

Equipe incendieLors d’une intervention sur un incendie, le sapeur-pompier participe aux différentes phases de la marche générale des opérations, de la reconnaissance du sinistre jusqu’à la surveillance en fin d’intervention, en passant notamment par les phases de sauvetage ou mise en sécurité des victimes et par les opérations d’extinction ; il a un rôle dans les relations avec les victimes et les tiers. Il doit donc connaître le feu et son comportement ainsi que les techniques de lutte contre les incendie, connaître et savoir mettre en œuvre les matériels de lutte, son équipement de protection individuelle, les matériels de sauvetage.

Interventions diverses (DIV).

Ce domaine recouvre un large éventail de cas. Notamment : opérations d’épuisement (pompage d’eau) ; connaissance des diverses espèces d’animaux, leurs comportements et leurs dangers ; connaissance des matériels et techniques adaptés au risque animalier ; dégagement de personnes prisonnières d’une cabine d’ascenseur ; fuite de gaz ; etc. Et plus généralement toutes les missions des sapeurs-pompiers hors extinctions des incendies et secours à personnes ainsi que relations avec les victimes ou personnes impliquées.

La réalisation des missions qui lui sont confiées dans ces différents domaines d’activité impliquent de la part du sapeur-pompier la maîtrise non seulement des outils propres à chacun d’entre eux, mais aussi des outils de communication radioélectriques ou numériques.

Une solide formation

Pour assimiler cet imposant menu et acquérir cette formation initiale, un aspirant sapeur-pompier professionnel doit y consacrer 500 heures environ, dont une bonne centaine d’heures aux activités physiques et sportives (APS).
Pour les sapeurs-pompiers volontaires, qui ne sont pas assujettis aux APS, le volume horaire de la formation initiale se situe autour de 250 heures.
Pour les uns comme pour les autres, le maintien à niveau des compétences et aptitudes passe obligatoirement par des actions de formation continue. Ne serait-ce que pour maintenir au meilleur niveau les automatismes opérationnels ou pour s’adapter aux matériels nouveaux.

Enfin, une formation sur la culture administrative ainsi que sur les attitudes et comportements à adopter doivent garantir que le savoir-être du sapeur-pompier soit en phase avec les valeurs et l’image qu’il véhicule auprès du public.

2 réponses à Sapeur-pompier avant tout

  1. SCHULTZ Philippe dit :

    La départementalisation des services d’incendie et de secours du Haut-Rhin : un grand projet, une période inoubliable, pour celles et ceux qui ont eu la chance d’être les acteurs de cette avancée significative de la qualité des secours aux personnes et aux biens.
    Une belle campagne de communication met aujourd’hui tous les sapeurs-pompiers du Haut-Rhin et les personnels ATS du SDIS à l’honneur.
    C’est une occasion pour moi d’exprimer ma fierté d’avoir été des leurs.
    Philippe SCHULTZ

  2. Gargowitsch Serge dit :

    Bonjour, je suis conducteur routier et je tiens à dire bravo pour tout ce que vous faites, pour votre courage et votre dévouement.

    Un admirateur.